Metal de Facto – Land of the Rising Sun Pt.1

Depuis quelques années, le Japon est à la mode et la musique n’échappe pas au phénomène. L’année dernière, Marc Hudson, chanteur de Dragonforce, sortait son premier album dédié à la culture Nipone. Cette année, c’est Metal de Facto qui s’y colle avec non pas un, mais deux albums de prévus sur le pays du Soleil levant.

Commençons par les présentations d’usage.

Metal de Facto est un jeune groupe Finlandais dont l’un des fondateurs est Sami Hinka, bassiste de Ensiferum. En 2019, le groupe a sorti son premier album, « Imperium Romanum », dédié à l’empire romain, qui avait fait fort impression et qui laissait présager du meilleur.

Depuis, le groupe s’est fait discret et a dû faire face au départ de son chanteur en 2023. Un coup dur mais qui n’a manifestement pas affecté le processus créatif du groupe, qui vient donc présenter la première partie de son dyptique consacré au Japon.

Des inspirations diverses…

L’album s’ouvre avec « Rise Amaterasu », titre qui permet d’apprécier la voix du nouveau vocaliste du groupe, Aitor Arrastia, qui se rapproche assez de celle de son prédécesseur, Mikael Salo. Si ce morceau ne signe pas une rupture brutale avec le style originel du groupe, on y remarque quand même une volonté d’accentuer encore le côté mélodique, pour un résultat qui se rapproche des productions de Beast in Black, Stratovarius ou de Northtale.

Cette patte « Nordique » se ressent particulièrement sur le travail au niveau des claviers. Sur « Superstars », Metal de Facto lorgne ainsi du côté du Synthpop et offre un titre d’une efficacité redoutable, qui s’impose étonnamment comme l’un des meilleurs de l’album, même si son refrain très radiophonique ne plaira pas à tout le monde.

Si l’on pousse le jeu des comparaisons plus loin, « Land of the Rising Sun » offre en réalité un panel assez intéressant de genres, piochant son inspiration tous azimuts.

« Slave to the Power » semble tout droit sorti d’un album de Dragonforce, avec son rythme soutenu et surtout son refrain qui rappelle ce qui se fait du côté du groupe Britannique. Les similitudes vocales sont ici flagrantes.

Sur « Divine Wind », c’est davantage le son néoclassique de Rhapsody qui vient à l’esprit, notamment grâce à une partie mélodique et une ambiance très travaillées. Aitor Arrastia fait ici preuve d’une belle maitrise vocale qui donne du corps à la chanson et lui confère un souffle assez épique. Sans hésitation l’une des grandes réussites de l’album.

Avec “Code of the Samourai” enfin, Metal de Facto s’offre un titre réussi et intelligemment utilisé comme single. Il faut dire qu’en dépit d’un couplet assez monotone, la chanson dispose d’un refrain énergique et redoutable, bien porté par un combo guitares/claviers eux aussi inspirés.

…mais des influences japonaises discrètes

Globalement de bon facture, l’album ne réalise pourtant pas un sans faute, certaines chansons se révélant plus faibles que les autres. Si l’on passe sur « Heavier Than a Mountain » sans trop de difficulté, il est plus difficile de ne pas évoquer « 47 Ronin », et pour cause : la dernière piste de l’album dure plus de 12 minutes ! Une éternité quand la totalité de l’opus est de 46 minutes. Les longs morceaux sont toujours un pari risque et malheureusement, celui-ci peine à convaincre à cause d’un rythme décousu et d’une structure peu identifiable. Dommage car certains passages instrumentaux sont assez inspirés mais ils se retrouvent noyés dans un ensemble loin d’être palpitant.

« Land of the Rising Sun » a également du mal à nous emporter dans son univers : les références à la musique japonaise ou au Japon en règle générale sont pratiquement inexistantes et on aurait apprécié retrouver quelques éléments musicaux rappelant la thématique de l’album. Le style hétérogène évoqué en début de chronique peine à créer une véritable cohérence et les quelques incursions narratives ne suffisent pas à unifier les différentes chansons qui composent l’album.

Détails de l'album

Date de sortie :
09 février 2024
Label :
Rockshots Records
Genre :
Power Metal
Setlist :
1. Rise Amaterasu 2. Code of the Samurai 3. Heavier Than a Mountain 4. Slave to the Power 5. Divine Wind 6. Tame the Steel 7. Superstars 8. 47 Ronin

NOTRE AVIS

Metal de Facto signe un second album plaisant et globalement agréable à écouter. Aitor Arrastia réussit ses débuts au chant et donne de bonnes garanties pour l’avenir du groupe. Avec sa pléthore d’inspirations différentes, « Land of the Rising Sun » plaira surement à un public large, au détriment d’une personnalité vraiment marquée et d’un style pas toujours en raccord avec sa thématique. Le deuxième volet de l’album, déjà annoncé, résoudra peut-être ces petits défauts. En attendant, nous vous conseillons l’écoute de ce premier opus pour vous faire une idée.
Composition
7
Arrangements
8
Écriture
8
AlexPMF
AlexPMF
Pirate des temps modernes chevauchant le monde sur son dragon, un violoncelle dans la main et une bouteille de bière dans l'autre. Mes références : Running Wild / Powerwolf / Gloryhammer / Rhapsody
Metal de Facto signe un second album plaisant et globalement agréable à écouter. Aitor Arrastia réussit ses débuts au chant et donne de bonnes garanties pour l’avenir du groupe. Avec sa pléthore d’inspirations différentes, « Land of the Rising Sun » plaira surement à un public large, au détriment d’une personnalité vraiment marquée et d’un style pas toujours en raccord avec sa thématique. Le deuxième volet de l’album, déjà annoncé, résoudra peut-être ces petits défauts. En attendant, nous vous conseillons l’écoute de ce premier opus pour vous faire une idée.Metal de Facto - Land of the Rising Sun Pt.1