Accueil Alestorm Alestorm – Sunset on the Golden Age

Alestorm – Sunset on the Golden Age

0
468

En attendant la sortie dans quelques jours de « Curse of the Crystal Coconut », nouvel album d’Alestorm, on vous propose aujourd’hui de revenir quelques années en arrière et de (re)découvrir « Sunset on the Golden Age », album considéré par beaucoup comme le meilleur du groupe. Vous êtes prêts ? Back through time !

En 2014, la réputation d’Alestorm n’est déjà plus à faire. Avec déjà trois albums à son actif, le groupe s’est imposé, sous la houlette du Capitaine Chris Bowes, comme le maître incontesté du Pirate Metal, en y apportant sa touche d’humour et d’autodérision.

La réputation scénique du groupe est également bien reconnue. Alestorm a déjà sillonné le globe de long en large, fédérant autour de lui un équipage de fans venant se retourner la tête sur des titres comme « Captain Morgan’s Revenge », « Keelhauled » ou encore « Shipwrecked ». Ce dernier est d’ailleurs extrait de l’excellentissime « Back through Time », le dernier album en date des écossais.

Bref, l’attente est énorme autour de « Sunset on the Golden Age », dont la date de sortie est fixée au 1er aout 2014.

Le premier extrait a être dévoilé n’est autre que « Drink », une ode à l’alcool, mélodique et accrocheuse, qui représente merveilleusement bien l’état d’esprit festif d’Alestorm.

Sur le clip qui l’accompagne, il est possible d’apercevoir Elliot Vernon, le claviériste du groupe qui officiait jusqu’à là uniquement lors des concerts. Ce dernier fait donc son entrée comme membre permanent d’Alestorm, qui passe d’un quatuor à un quintet.

« Drink » deviendra rapidement l’hymne officiel du groupe, joué à chaque concert et repris en chœur par des milliers de personnes.

Comme souvent, l’alcool sera célébré à de maintes reprises sur l’album, avec des morceaux comme « Mead from Hell » ou encore sur « Hangover », délicieux cover de Taio Cruz. Alors certes, on pourrait reprocher à Alestorm de jouer la carte de la facilité mais comme toujours, le groupe possède ce don pour créer des mélodies et des refrains absurdes mais que vous ne pouvez pas vous empêcher de chanter. Et ce n’est pas « Surf Squid Warfare » qui dira le contraire.

Toutefois, ce qui fait la force de cet opus par rapport à ses prédécesseurs, c’est la présence de morceaux plus épiques, plus travaillés et même parfois plus sérieux (si si c’est possible, même chez Alestorm).

Outre « Walk the Plank », qui ouvre l’album en force (notez d’ailleurs qu’Alestorm fait toujours appel à de vrais musiciens pour enregistrer ses arrangements), l’autre pièce majeure est bien évidemment « 1741 (The Battle of Cartagena). Pour la première fois, le groupe met en musique un véritable fait historique, à la manière de Sabaton. Ici, point question de bière, de rhum ou de pirates nains, mais bien d’une « EPIC FUCKIN’ BATTLE » comme l’introduit si joliment Chris Bowes en concert.

Bon ok, ce dernier n’est pas Joakim Broden et il a toujours reconnu que ses connaissances des pirates venaient majoritairement de Wikipédia, mais quand même.

Il y a enfin des touches d’émotion dans ce « Sunset on the Golden Age ». D’abord avec le classique et magnifique « Magnetic North », qui raconte le triste sort de marins avides condamnés à mourir dans un océan de glace, et surtout avec « Sunset on the Golden Age », titre éponyme long de plus de 11mins, et qui vient clore à merveille l’album.

Dans ce morceau, Alestorm évoque la fin de « l’age d’or » de la piraterie et la disparation inexorable d’un mode de vie balayé par la modernité et le début de la mondialisation. Le rythme lancinant de la chanson apporte énormément de mélancolie à l’ensemble.

Beaucoup de fans font également un rapprochement entre ce morceau et la carrière d’Alestorm : « Sunset on the Golden Age » est en effet la dernière chanson sérieuse du groupe sur la piraterie. Ce dernier a depuis pris un virage plus humoristique et décalé, comme s’il voulait lui aussi tirer un rideau sur sa carrière de pirate…

Sorti le 1er août 2014
Label : Napalm Records
Genre : Pirate/Folk/Power Metal

1. Walk the Plank
2. Drink
3. Magnetic North
4. 1741 (The Battle of Cartagena)
5. Mead from Hell
6. Surf Squid Warfare
7. Quest for Ships
8. Wooden Leg!
9. Hangover
10. Sunset on the Golden Age

NOS NOTES ...
Composition
9
Arrangements
8
Écriture
8
Article précédentNemedian Chronicles (EP)
Article suivantSeason of Dreams : un nouveau projet franco-suédois bientôt dans les bacs !
Pirate des temps modernes chevauchant le monde sur son dragon, un violoncelle dans la main et une bouteille de bière dans l'autre. Mes références : Running Wild / Powerwolf / Gloryhammer / Rhapsody
alestorm-sunset-on-the-golden-age« Sunset on the Golden Age » est donc un album à part dans la discographie de nos pirates. Musicalement abouti, il offre un magnifique patchwork de titres tantôt divertissants, tantôt épiques. L’album est aussi marqué par l’influence évidente d’Elliot Vernon, qui apporte une touche musicale que l’on retrouvera sur l’album suivant (l’intro 8 bits sur « 1741 » reprise plus tard sur « Mexico », le pont guttural de « Magnetic North » qui est devenu une norme aujourd’hui…). Il s’agit enfin du dernier opus avec Dani Evans à la gratte, qui sera remplacé par Maté « Bobo » Bodor. Si vous souhaitez aller plus loin, sachez qu’un documentaire sur l’enregistrement de l’album est disponible sur youtube. Vous y retrouverez notamment une magnifique reprise accoustique de « Keelhauled » jouée avec des bouteilles de bières...

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici