Interview : Iron Fire répond à nos questions

Martin Steene, chanteur et fondateur d’Iron Fire a accepté de réaliser une interview avec nous lors de l’Epic Fest et a apporté des réponses concrètes au sujet de son groupe. C’était super d’avoir pu rencontrer une icône danoise du Power Metal.

Interview réalisée en janvier 2024 à l’Epic Fest.

1/ Pourquoi avoir choisi le nom de « Iron Fire » ?

Quand on a débuté notre carrière il y a 100 ans, au Moyen-Âge (rires), plus sérieusement vers 1997 à peu près, on jouait plus du Death Metal, mais j’ai toujours adoré Helloween et Manowar, aussi à cette période il y a eu le premier album de Hammerfall et les débuts de Nocturnal Rites que j’ai également adorés. Du coup on a changé de style à ce moment-là et on s’est plus rapprochés de ces groupes-là.

Ensuite, il nous fallait un nom, un nom qui se rapproche de l’univers de la fantaisie et Iron Fire est le premier nom qui nous est venu. On voulait un nom simple, même si des noms de groupes qui commencent par « Iron » il y en a plein entre Iron Maiden, Iron Savior, Iron Mask même après (rires), mais comme c’est le premier nom qui nous est venu, qui nous convenait, on l’a gardé. On s’est dit aussi que ce nom serait simple à mémoriser, et qu’il collait bien à notre style.

2/ Que penses-tu du style de Iron Fire ? On pense que c’est un groupe de Power Metal, même si les derniers albums « Among The Dead » et « Beyond The Void » ont beaucoup de sonorités proches du Heavy/Thrash.

Oui on se définit nous-mêmes comme un groupe de Power Metal. Le premier album marque très bien les racines du genre, en plus du thème lié à la fantaisie, on mettait beaucoup en avant nos influences Helloween et Running Wild. Après au fil des années, on est restés bloqués sur le même style et on avait la sensation de toujours faire la même chose.

Ensuite, on a tenté d’écrire d’autres thématiques plus proches de la SCI-FI, de l’horreur aussi, avec des sonorités plus Heavy qui se rapprocheraient plus de Metallica ou de Megadeth (on a grandi avec ces groupes aussi). Mais dans notre musique on garde toujours de bonnes mélodies, dans nos refrains notamment, même si aujourd’hui on conserve un son plus lourd sur nos derniers albums.

On aime bien essayer de nouvelles choses, on ne veut pas être coincé à faire toujours la même chose, c’est pourquoi notre style a évolué. Même au niveau de la voix d’ailleurs, au départ j’avais une voix où je montais dans les aigus, puis j’ai changé de style avec une voix plus rocailleuse. Mais c’est toujours du Power Metal, on peut juste jouer avec un son plus lourd et parfois plus mélodique. C’est ce qui est cool dans le Power Metal d’ailleurs, repensez à Helloween quand ils ont changé de line-up en 1994 avec Andi Deris qui a remplacé Michael Kiske, chaque album était différent et les sonorités aussi (d’autres plus Hard Rock, d’autres plus mélodiques etc.), c’est que j’aime beaucoup dans le Power Metal c’est varié.

On comprend que les fans aimeraient qu’on revienne sur le style de notre premier album, on l’accepte, chacun a son album préféré, mais nous on aime varier notre musique.

3/ Quelles sont tes principales influences ?

Rage a toujours été une de mes plus grandes influences, l’album « Black In Mind » est l’un de mes albums préférés toutes périodes confondues. Le groupe joue du Power Metal avec des sonorités Heavy, parfois ils ont ajouté du Prog et même du Symphonique, c’est très varié, Peavy Wagner m’inspire beaucoup.

Parmi mes plus grandes influences, je citerais aussi Helloween, Running Wild, et Virgin Steele.

De nos jours, je dirais que mes influences restent les mêmes, bien que je puisse écouter de nouvelles choses comme le dernier In Flames.

J’écoute pas mal de choses en vrai, cela peut aller de Morbid Angel à de la Pop.

4 / Un album mélangeant les premières sonorités Power Metal de « Thunderstorm » avec « Beyond The Void » serait-il possible à l’avenir ? Qu’en penses-tu ?

On ne sait pas, peut-être on verra. Le dernier album date d’il y a 5 ans, chacun d’entre nous est occupé avec d’autres groupes maintenant.

L’idée de mélanger tous les styles abordés au fil des albums est pas mal mais je ne sais pas si on le fera, ce sera peut-être confus.

Mais j’ai eu cette idée de composer un album revenant aux racines du début, avec plus de sonorités proches de Running Wild. Après comme on l’a déjà fait durant nos débuts je ne sais pas encore si cela se fera.

J’aime toujours le Power Metal, j’aime toujours ce qu’on a fait sur notre premier album. J’en écoute encore d’ailleurs, j’avais bien aimé le dernier album de Iron Savior qui est vraiment le Power Metal que j’adore.

5/ Est-ce qu’un nouvel album est en préparation ? Si oui, est-ce qu’il sortira cette année ou l’année prochaine ?

Je ne pense pas car on est tous pris dans des groupes différents, de mon côté je suis devenu le nouveau chanteur d’Artillery récemment aussi.

On n’est pas un très grand groupe, beaucoup aimeraient qu’on fasse une longue tournée aussi mais c’est compliqué, en réalité on n’a pas de manager pour organiser les tournées, peut-être que ça changera un jour. Néanmoins je comprends tout à fait les fans, peut-être qu’on enregistrera un DVD live on verra. On sera enregistrés ce soir à l’Epic Fest d’ailleurs !

Pour ce qui est d’un nouvel album, peut-être qu’on en sortira un vers 2025 ou 2026 mais rien n’est sûr, j’ai quelques idées d’enregistrées sur mon ordi, on sortira peut-être un single ou deux, un DVD live comme je l’ai dit, mais rien de sûr vu que maintenant on est tous occupés dans des groupes différents. Après Iron Fire c’est mon groupe depuis toujours, donc on sortira quelque chose.

6/ Comment trouves-tu l’inspiration à travers les paroles ? Au début ça se rapprochait de la fantaisie, et ensuite ça se rapprochait de l’horreur etc.

Tout simplement parce que je suis fan de choses-là.

Après avoir écrit plusieurs albums autour de la fantaisie, cela m’ennuyait et j’avais envie de changer de thématiques. C’est pourquoi à un moment j’ai abordé la SCI-FI, puis plus tard l’horreur parce que je suis fan de films d’horreur et tout ce qui tourne autour de thématique. Cela a été un peu dur au début parce que la thématique ne se relie pas forcément au Power Metal.

J’essaie d’apporter des thématiques qui me viennent à l’esprit sans forcément me dire ce qui doit être relié au Power Metal.

Aussi j’adore le cinéma, la lecture et l’Histoire, donc je trouve forcément mon inspiration dedans.

7/ Qu’est-ce que le Power Metal selon toi ?

C’est ce que j’aime depuis des années !

Pour moi, dans le Power Metal, on peut avoir quelque chose de puissant et rapide, mais on a toujours la mélodie.

Au départ j’écoutais les groupes de Hard Rock comme Van Halen, Bon Jovi, Aerosmith, Def Leppard… Et pour moi, le Power Metal, c’est quand on prend ces groupes-là et qu’on mélange ça avec du Heavy/Speed. De bonnes mélodies qui unissent les gens avec une bière à la main et qui se disent « passons un bon moment » (rires). C’est ça la différence avec les autres genres.

Aussi, le Power Metal c’est divertissant et, même si les paroles ne sont pas forcément très profondes, on passe un bon moment et les chante.

8/ Que penses-tu de la scène Power Metal au Danemark ?

On n’est pas le premier groupe du genre, il y a eu d’autres groupes comme Manticora, mais on est sûrement les premiers à jouer du Power Metal dans les racines traditionnels du genre.

Le Danemark a été sévère avec nous, parce que le Power Metal marchait mieux ailleurs notamment en Allemagne ou en Suède, mais le public danois s’oriente plus vers le Metal extrême donc ça a toujours été compliqué.

Il y a eu d’autres groupes après nous bien sûr, mais ça a toujours été compliqué au Danemark, on joue face à 80 personnes, 100 si on a un bon public mais pas plus.

Mais avec l’Epic Fest maintenant, c’est la première fois qu’on a festival de Power Metal au Danemark, on y a joué l’année dernière pour la première édition, on y joue encore cette année pour la seconde fois, la réception est vraiment géniale en plus.

Me concernant, je suis quand même content car, à travers le monde, on a toujours eu un bon public. Même entre groupes de Power Metal, que ce soit des nouveaux groupes au Danemark ou ailleurs, on se soutient toujours.

9/ Autre chose à ajouter ?

Je veux juste dire merci pour l’interview, maintenez le Power Metal en vie, et bien sûr merci à tous les français qui nous suivent, on espère qu’on jouera un jour par chez vous ! En plus de 20 ans de carrière on a joué partout mais jamais en France, on souhaite que ça change !

Résumé

BenPMF
BenPMF
Musicien à ses heures perdues passionné de Power, les mélodies et orchestrations épiques illuminent son bonheur. Ce barde des temps modernes puise son inspiration du côté de Helloween et de Gamma Ray sous un air joyeux de Freedom Call. Son univers s’élargit aussi autour des contrées imaginaires de Stratovarius, Dragonforce, Avantasia, Rhapsody, Blind Guardian… Et bien d’autres encore !